Liens institutionnels
HAS
AFSSAPS
cnfmc
Assurance maladie
Ministere
IRDES
INVS


FSM
autrespecialites
mots

Yves Juillière :
Accompagnement des patients qui pourraient présenter une valvulopathie médicamenteuse, dans leurs démarches judiciaires auprès de l'ONIAM

Geneviève Derumeaux :
Défendre la qualité et la légitimité des actions de formation et d'accréditation

Pascal Guéret :
Le CNPC : une instance complémentaire

Jean-François Thébaut :
Une action synergique
pour la qualité de l'exercice cardiologique


Dernière mise à jour :
24 février 2015


Le Conseil National Professionnel de Cardiologie (CNPC)*
prend acte positivement des modifications sensibles de l’organisation de la Formation Médicale Continue (FMC) et de l’Evaluation des Pratiques Professionnelles (EPP) qui figurent dans le projet de loi « Hôpital Patients Santé et Territoires ».

Le CNPC constate avec intérêt  le maintien dans la loi  d’une FMC  obligatoire  et simplifiée dont  l’amélioration et l’évaluation des pratiques apparaissent comme la finalité essentielle au même titre que le perfectionnement des connaissances. Le CNPC  déplore cependant que les différentes annonces faites, ces derniers mois, autour de ces modifications aient pu être interprétées comme un désintérêt du Gouvernement pour une politique de formation permanente et d’améliorations des pratiques des médecins.

Le 20 novembre 2008, lors de sa réunion statutaire, le CNPC a décidé de proposer à tous les cardiologues hospitaliers, libéraux et salariés en exercice, la mise en place d’un système opérationnel permettant aux cardiologues de valider les programmes  d’amélioration de leurs  pratiques constituant leurs obligations de FMC ou d’EPP. Les informations qui en découleront seront tenues à disposition de l’autorité compétente retenue par la loi.

Cette validation s’appuiera dans un premier temps sur les règles actuelles établies tant par la Haute Autorité de Santé (HAS) que par les Conseils Nationaux de Formation Médicale Continue (CNFMC), puis s’adaptera sans retard aux nouveaux critères  qui pourront être définis.

Par cette décision le CNPC, entend, à l’image de la représentation professionnelle d’autres grands pays développés (Canada, États-Unis ou Angleterre, par exemple), montrer que la cardiologie organisée assume ses responsabilités et poursuit sa démarche permanente d’amélioration de la qualité des soins.

*Le Conseil National Professionnel de Cardiologie a été crée à partir d’une volonté commune de la Société Française de Cardiologie (SFC) et du Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux (SNSMCV). Il a pour mission de promouvoir la qualité de l’exercice professionnel de l’ensemble des cardiologues français, libéraux, salariés ou hospitaliers.