Liens institutionnels
HAS
AFSSAPS
cnfmc
Assurance maladie
Ministere
IRDES
INVS


FSM
autrespecialites
mots

Yves Juillière :
Accompagnement des patients qui pourraient présenter une valvulopathie médicamenteuse, dans leurs démarches judiciaires auprès de l'ONIAM

Geneviève Derumeaux :
Défendre la qualité et la légitimité des actions de formation et d'accréditation

Pascal Guéret :
Le CNPC : une instance complémentaire

Jean-François Thébaut :
Une action synergique
pour la qualité de l'exercice cardiologique


Dernière mise à jour :
24 février 2015


CONSEIL NATIONAL
PROFESSIONNEL DE CARDIOLOGIE

Siège social :  5 rue des Colonnes du Trône 75012 PARIS 

Secrétariat et courrier : 13 rue Niepce 75014 PARIS

Tél 01 45 43 70 76 – Fax 01 45 43 08 10 – Email coeur@syndicardio.org

Guide de bonnes pratiques pour le diagnostic,
le traitement et le suivi des patients adultes présentant
des pathologies respiratoires du sommeil. 

Document élaboré de façon conjointe par les Conseils Nationaux Professionnels de pneumologie et de cardiologie.*

Il précise les règles de bonnes pratiques devant être respectées par les pneumologues et les cardiologues prenant en charge des pathologies respiratoires du sommeil.

Il s'appuie sur les référentiels existants notamment :

1. Formation

Une formation adéquate constitue la condition indispensable pour la prise en charge des patients présentant des pathologies respiratoires du sommeil.

Qualité du prescripteur

Toute prescription de PPC doit être réalisée par un pneumologue ou par un médecin ayant suivi une formation spécifique dans la prise en charge des troubles du sommeil (HAS).

 

1.1 Formation initiale

      1.1.1 Contenu de la formation :

- Aspect diagnostique : cette formation doit comprendre un aspect diagnostique des troubles respiratoires du sommeil (TRS) avec des notions de base de la physiologie du sommeil, de la connaissance des outils diagnostiques et de l’apprentissage à la lecture des enregistrements du sommeil.

- Aspect thérapeutique : elle doit également comprendre une formation à la prise en charge des TRS, www.nikejanoski.es avec la formation aux techniques de ventilation ainsi que la connaissance des autres aspects thérapeutiques que sont les orthèse d’avancée mandibulaire (OAM) et les techniques chirurgicales ORL et maxillo-faciales.

La formation concernant les troubles respiratoires du sommeil est intégrée au DES de pneumologie.
$En attendant la mise en place d’une formation spécifique transversale une formation complémentaire est requise pour les cardiologues souhaitant prendre en charge ces pathologies rencontrées  dans le cadre de l'exercice de leur discipline.

            Les CNP de Cardiologie et de Pneumologie établissent la liste des formations qu’ils recommandent.

1.2 Formation continue et évaluation

Une pratique de qualité nécessite une activité régulière dans le domaine et le maintien et le perfectionnement des connaissances. Les CNP de cardiologie et de pneumologie établissent la liste des formations et des évaluations de pratiques qu’ils recommandent. Pour s’inscrire dans le cadre du Développement Professionnel Continu (DPC) il doit être fait appel à des Organismes de DPC qui ont reçu l’agrément de la  Commission scientifique indépendante .CSI.

2. Diagnostic 

La polysomnographie ou la polygraphie sont des actes médicaux qui doivent être réalisés par des médecins formés à la prise en charge des troubles du sommeil (HAS). 

Quel que soit le mode d’exercice :

2.1 La polygraphie ventilatoire

- Il s’agit d’un acte médical. Il ne peut être réalisé que par un médecin qui a été formé à la lecture et à l’interprétation des tracés.  Aucune lecture automatique n’est acceptable.

- L’acte ne peut être facturé ou coté  que par le médecin ayant effectué l’acte.

- L’acte diagnostique ne peut en aucun cas être délégué à un prestataire de services à domicile ou à un de ses salariés.

- Le don, le prêt ou la  mise à disposition à titre gracieux d'appareils de diagnostic par les prestataires n’est pas acceptable (compérage).

- Les médecins effectuant des actes diagnostiques en médecine de ville s'engagent de ce fait à prescrire les thérapeutiques correspondantes et à assumer le suivi des patients traités. Toutefois l’organisation propre à chaque service  hospitalier peut rendre inapplicable cette recommandation en médecine hospitalière.

2.2 La polysomnographie

- Elle est réservée aux pneumologues et aux médecins pouvant attester d’une formation spécifique.

- Le recours aux experts formés à la polysomnographie doit être large, et notamment lorsque l’examen polygraphique (IAH<30)  ne permet pas de conclure à la présence d’un SAS sévère en présence d’une plainte de sommeil.

- La polysomnographie s’impose d’emblée chez les patients suspects d’autres troubles associés du sommeil.

 

3. Thérapeutique

 

4. Suivi 

Le suivi de ces patients est assuré par le médecin prescripteur et sous sa responsabilité avec le concours, pour la partie technique et administrative, de prestataires de services à domicile.
Le prestataire de services à domicile ne peut, de sa propre initiative, modifier la prescription.
Il communique au médecin prescripteur les renseignements concernant le bon fonctionnement des dispositifs, les données recueillies par les dispositifs et les difficultés éventuelles rencontrées avec les interfaces. Il se conforme à la demande du prescripteur pour ce qui concerne  la  télé-observance et le télésuivi.
Le médecin prescripteur, muni de ces renseignements et après les avoir intégrés  à sa propre évaluation clinique, est seul habilité à modifier la prescription.


 * Membres du groupe de travail CNP cardiologie : Jean-Marc Davy, Guillaume Jondeau, Eric Perchicot, Vincent Puel
FFP CNP pneumologie : Frédéric Gagnadoux, Yves Grillet, Jean-François Muir, Bruno Stach
** La Société Française de Cardiologie était associée à ce travail.